Navigation rapide

Sports d'hiver

Ski acrobatique (bosses)

Origine et historique du ski acrobatique 

Le ski acrobatique est une forme de ski présente aux Jeux olympiques d'hiver, il comprend différentes disciplines : le saut, le half pipe, les bosses, les bosses en parallèle, le ballet et le skicross. Ce sport fut reconnu par la Fédération internationale de ski en 1979.

Les premières traces du ski acrobatique remonte aux années 1920 avec l'allemand Fritz Rauel qui s'essaya à des figures de patinage mais avec des skis (qu'on appellera plus tard ballet ou acroski), mais ce n'est qu'à partir des années 1960 que cette forme de ski prit un véritable élan, d'une part sur le continent nord-américain où de nombreux spectacles (exhibition) eurent lieu avec épreuves de sauts et de bosses et d'autre part sur le continent européen où de nombreux skieurs cherchent à codifier et à mettre en place de véritables compétitions.

La coupe du monde est créée en 1976, disputée entre passionnés de ce sport, puis trois ans plus tard en 1979, la FIS reconnut ce sport et intégra cette compétition dans son programme. En 1985, la FIS décida de créer les championnats du monde où la première édition eut lieu à Tignes en 1986. Enfin, le ski acrobatique après avoir été sport de démonstration aux Jeux Olympiques d'hiver de 1988 à Calgary sera admis au programme olympique à partir de 1992, tout d'abord l'épreuve des bosses en 1992 puis le saut acrobatique en 1994, quant au ballet, il ne fut que sport de démonstration en 1988 et 1992, en revanche en 2010 le skicross sera inclus au programme olympique.

On distingue les disciplines suivantes:

  • le saut acrobatique : il s'agit d'exécuter deux sauts sur des tremplins de trois à quatre mètres de hauteur dont la pente est de 67 degrés qui seront jugés par leur degré de difficulté.
  • Les bosses : les scores attribués aux compétiteurs sont le résultat d'une addition de points sanctionnant la vitesse, la technique d'exécution et deux sauts placés sur le parcours. L'épreuve se déroule sur une piste de 250 mètres (de 24 à 30 degrés) recouvertes de bosses de un mètre de hauteur et larges de 40 centimètres, la piste comprend aussi deux tremplins au 1/3 et 2/3 de la piste sur lesquels le skieur effectue un saut acrobatique. Une autre discipline a les mêmes paramètres mais se disputent en duel qu'on appelle les bosses en parallèle (discipline retenue aux JO).
  • le skicross : Plusieurs skieurs s'élancent en même temps sur un parcours incluant sauts, virages, terrains bosselés, le premier arrivé gagne.
  • Le Half-pipe : les compétiteurs sont dans un tube et font une série de sauts et de manœuvres et seront jugés sur leur degré de difficulté et d'exécution.
  • le Ballet (ou acroski) : Il s'agit d'effectuer des figures sur un thème musical sur une piste de 30 mètres de largeur, 200 mètres de longueur, en pente de 11 à 16 degrés

Le ski acrobatique, appelé freestyle skiing en anglais, ne doit pas être confondu avec le ski freestyle, nouvelle discipline dont le ski acrobatique est une origine parmi d'autres. On oppose également ces deux disciplines en parlant de old school pour le ski acrobatique et de new school pour le ski freestyle. Toutefois, Il n'y a pas de différence fondamentale entre ces deux disciplines.

Leur but est le même : une approche artistique et esthétique sur des skis plutôt qu'une performance basée sur le temps exclusivement (comme en ski alpin). C'est plutôt l'esprit et l'ambiance qui les différencient. L'une est un sport olympique avec des règles, l'autre (freestyle) est une activité plus conviviale qui laisse plus de place a l'improvisation artistique.

 

Pour plus d’information :

Fédération québécoise de ski acrobatique