Navigation rapide

Sports d'été

Sports équestres

Les sports équestres sont différents des autres sports. En effet, l’apprentissage du cavalier repose aussi bien sur les aspects techniques du sport que sur la connaissance du cheval tant au niveau de son comportement que des soins à prodiguer. Bien qu’il s’agisse d’un sport individuel, la notion d’équipe entre le cavalier et le cheval est essentielle. 
 
Les sports équestres que nous connaissons aujourd’hui puisent leur source dans l’équitation de haute école, la chasse à courre et le steeple chase des XVIIe et XVIIIe siècles, bien que les concours hippiques remontent aux Jeux olympiques de l’Antiquité. 
 
Aux premiers Jeux olympiques modernes tenus à Paris en 1900, les sports équestres sont représentés par le saut d’obstacles. En 1912, à Stockholm, le concours complet et le dressage sont ajoutés à la programmation. En plus de ces 3 disciplines olympiques, 5 autres disciplines sont reconnues par la Fédération équestre internationale : attelage, endurance, voltige, reining et paradressage. Tous les 4 ans, en alternance avec les Jeux olympiques, se tiennent les Jeux équestres mondiaux, événement correspondant aux Championnats du monde, regroupant ces 8 disciplines sur un même site. La ville de Bromont est candidate pour le Canada en vue de l’édition de 2018. 
 
Les femmes participent depuis longtemps aux compétitions équestres mais ce n’est qu’en 1952 qu’elles sont acceptées aux Jeux olympiques. Désormais, elles concourent à égalité avec les hommes dans les mêmes épreuves. Le sport équestre est le seul sport où les épreuves sont mixtes. 
 
Les sports équestres ont déjà fait partie de la programmation des Jeux du Québec en 1971 et 1972. Après des années d’absence, le saut d’obstacles et le dressage seront intégrés à la programmation des Jeux du Québec 2014 qui se tiendront à Longueuil. 

En saut d’obstacles, le cavalier et le cheval doivent exécuter un parcours composé d’obstacles très colorés. Si deux cavaliers ou plus réalisent un parcours parfait, ils reviennent pour une 2eme  manche, appelée barrage. Le nombre d’obstacles est moins important que lors de la 1ere manche. Pour remporter l’épreuve, le duo doit être le plus rapide avec le moins de points de pénalités. Les pénalités sont comptabilisées comme suit : 
  • 1ère désobéissance du cheval : 4 points 
  • 2e désobéissance du cheval : élimination 
  • Barre à terre ou obstacle renversé : 4 points
  • Dépassement du temps alloué sur le parcours : 1 point de pénalité pour chaque tranche de 4 secondes excédant le temps alloué. 
  • Chute du cheval et / ou du cavalier : élimination
En dressage, le cavalier et le cheval démontrent une harmonie parfaite au cours d’une reprise qui comporte une série de mouvements, de figures et d’allures obligatoires. Cette épreuve est jugée. L’équipe cavalier-cheval obtient une note en pourcentage. Une note au dessus de 70 % correspond à une très bonne exécution au cours de laquelle la souplesse et la cadence de la monture ainsi que la finesse des aides du cavalier sont à leur meilleures.
 
Les sports équestres connaissent un développement constant au Québec. La Fédération équestre du Québec a été créée en 1970 et regroupe plus de 12 000 membres. Par le biais de divers programmes, soit d'initiation, de certification d'officiels, d'entraîneurs, la régie de compétition, le développement de l'excellence, la Fédération équestre du Québec encourage, coordonne et règlemente la pratique de l'activité équestre.
 
Pour en savoir plus : www.cheval.quebec