Navigation rapide

Sports d'été

Athlétisme

Origine et historique de l’athlétisme

L’athlétisme, sport le plus ancien de tous les sports, s’apparente à l’histoire séculaire de la Grèce, d’où l’appellation « athlétisme classique » que lui donnent les Grecs. Les premières épreuves d’athlétisme classique remontent officiellement à 776 av. J.-C., année des premiers Jeux olympiques de l’Antiquité. Lors de ces Jeux se disputa l’épreuve du Stade (192,27 m), ancêtre de notre 200 m actuel.

Les Jeux antiques étaient célébrés tous les quatre ans dans le temple d’Olympie en Elide à la première pleine lune, après le solstice d’été, soit à peu près à la mi-juillet. 290 Olympiades eurent lieu de 776 av. JC à l’an 393 de notre ère lorsque l’empereur Théodose 1er abolit les Jeux les qualifiant de «païens».

Au XIXe siècle, des intellectuels tels Evangelos Zappas et Demetrios Vikelas prêtèrent leur voix au renouveau des Jeux olympiques. Ce fut cependant au Français Pierre De Coubertin d’orchestrer leur rétablissement, en prônant le mariage des sports et du classicisme grec et en ouvrant la voie aux premiers Jeux olympiques modernes en 1896.

Les Jeux olympiques de 1896 se déroulèrent sur une période de 10 jours. 311 athlètes (dont 250 Grecs) de 13 pays y participèrent. Les épreuves d’athlétisme étaient les suivantes : 100 m, 1.500 m, 110 m haies, marathon, saut en longueur, triple saut, saut à la perche, lancer du disque, lancer du poids et saut en hauteur.

Le 17 juillet 1912, deux jours après la dernière épreuve d’athlétisme des Jeux olympiques, un congrès s’est tenu à Stockholm dans le but de créer une Fédération internationale d’athlétisme amateur (IAAF). Les 17 pays suivants étaient représentés à cette rencontre historique : l’Angleterre, l’Égypte, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, la France, l’Allemagne, le Danemark, la Grèce, les États-Unis d’Amérique, le Canada, la Norvège, la Hongrie, la Russie, la Suède, la Finlande et le Chili. Il était alors impératif d’établir une autorité administrative internationale en athlétisme, responsable de l’organisation de compétitions internationales et des Jeux Olympiques. Il était, par ailleurs, déjà nécessaire d’instaurer un code et des règlements mondiaux, une définition commune de l’amateurisme admise au niveau international et une liste des records olympiques et mondiaux.

En dépit de son caractère expérimental, cette réunion de Stockholm figure dans les archives de l’IAAF comme le premier congrès. L’année suivante à Berlin, en 1913, le congrès approuva les premiers statuts et 34 pays constituèrent la première liste de membres.

Les Suédois J. Sigfrid Edstrom et Kristian Hellstrom furent élus respectivement président et secrétaire honoraire. Les premiers articles techniques concernant les compétitions internationales furent présentés en 1914 au 3e Congrès de Lyon (France) par le nouveau secrétaire honoraire Hilding Kjellman (Suède). L’ensemble des membres était dès lors incité à adopter des articles similaires pour les rencontres ayant lieu sur leur territoire.

En 1924, aux Jeux olympiques de Paris, l’IAAF inclut au programme les cinq premières épreuves pour les femmes : 100 m, 800 m, 4 x 100 m, saut en hauteur et lancer du disque.

Depuis 1999, la Fédération internationale, composée de 210 membres, a son siège social à Monaco. Le président actuel est Lamine Diack (Sénégal) et le secrétaire général, Istvan Gyulai (Hongrie). À la 43e  Conférence qui s’est tenue à Edmonton (Canada) en 2001, l’IAAF a été rebaptisée Association internationale des fédérations d’athlétisme.

L’Association hellénique d’athlétisme amateur (SEGAS) a toujours joué un rôle crucial pour l’athlétisme à la fois en Grèce et au niveau international. La SEGAS fondée le 12 janvier 1897, est la première fédération sportive en Grèce. Elle développa et organisa le sport grec, et depuis sa fondation, durant de nombreuses décennies, favorisa l’évolution de l’ensemble des sports jusqu’à ce qu’ils développent par la suite leur fédération nationale respective. Les activités de la SEGAS en ont fait l’organisme le mieux placé pour mettre en place le cadre structurel et sportif nécessaire à l’athlétisme grec pour se développer et organiser des compétitions internationales opposant des équipes nationales, la première d’entre elles étant les Jeux des Balkans en 1928.

En 1934, elle a institué les Jeux méditerranéens qui n’ont cependant pas eu lieu. Elle a reçu en 1935 la Coupe olympique du Comité International Olympique pour les services rendus au sport, la diffusion de l’idéal olympique, l’organisation d’événements internationaux et l’instauration des Jeux des Balkans et méditerranéens. La SEGAS est membre fondateur de l'IAAF.

 

Pour plus d’information :

Fédération québécoise d'athlétisme 

Olympiques spéciaux du Québec