Navigation rapide

Les sports

Tir à l'arc

Origine et historique du tir à l'arc

Selon les sources historiques, le tir à l’arc était pratiqué comme un sport dès l’Antiquité. La première invention mécanique composite de l’homme consista en l’usage de l’arc et de la flèche, considéré par les anciens comme un art semblable à la musique ou à la peinture.

La mythologie grecque comporte de nombreuses références aux dieux de l’Olympe et à différents héros qui ont marqué l’histoire par leur talent d’archer. Artémis, la déesse de la chasse, et son frère, Apollon, le dieu de la lumière et des arts, avaient, entre autres, pour attributs un arc et un carquois. Héraclès (Hercule) apprit l’art de se servir d’un arc auprès du Scythe Teutaros et se perfectionna grâce à Radamanthe.

L’Argonaute Pœas, père de Philoctète, hérita de l’arc et des flèches d’Héraclès et en fit don à son fils, habile archer et chef des contingents thessaliens. Ces armes contribuèrent à la conquête de Troie. Achille quant à lui, organisait des tournois, de tir à l’arc notamment, en hommage à son ami défunt, Patrocle, tué sous les remparts de Troie. À son retour à Ithaque, après bien des péripéties, Ulysse prit part au fameux concours de tir à l’arc où il dut affronter les prétendants de Pénélope, comme le relatent les chants homériques de l’Iliade et de l’Odyssée, les premiers écrits connus de l’Antiquité. Pandaros et Pâris, du côté troyen, et Teucros et Ulysse, du côté d’une coalition d’autres cités helléniques, demeurent célèbres pour leur adresse au tir à l’arc.

À l’époque byzantine, Bélisaire, général byzantin de l’empereur Justinien, archer exceptionnel, mit sur pied une cavalerie lourdement armée mais mobile, où les cavaliers portaient également un arc («cataphractes»).

Plus tard, lorsque l’arc fut remplacé par les armes à feu, le tir à l’arc acquit un caractère exclusivement sportif. La première compétition connue de tir à l’arc qui se déroula à Finsbury (Grande-Bretagne), en 1583, rassembla 3000 archers. De nombreux souverains de Grande-Bretagne se sont adonnés par le passé au tir à l’arc et parmi eux, la reine Victoria et Éric VIII qui organisait des tournois et institua en 1537 le premier club de tir à l’arc, la Confrérie de St George.

Les premières rencontres internationales opposèrent les Français aux Anglais en 1900, année où le sport fut admis aux Jeux Olympiques de Paris. Il demeura inscrit au programme jusqu’en 1920, à l’exception des Jeux de Stockholm, en 1912. Au cours de ces olympiades, chaque athlète avait le droit de participer à plus d’une épreuve et pouvait remporter plusieurs médailles. L’archer belge Hubert Van Innis est le champion olympique le plus titré, avec 16 médailles d’or et 3 d’argent obtenues au tir à l’arc et dans d’autres sports.

Le tir à l’arc a été réintroduit aux Jeux de Munich en 1972. L’épreuve par équipes s’est ajoutée au programme, en 1988, à Séoul. En 1992, fut instaurée la Ronde Olympique, le nouveau mode de déroulement du sport qui rend la compétition de tir à l’arc plus spectaculaire.

La Fédération internationale de tir à l’arc (FITA) a été fondée en 1931, à Lvov (Ukraine). Cette même année eurent lieu les premiers Championnats du monde. La FITA compte aujourd’hui 130 pays membres et organise des championnats du monde tous les deux ans.

 

Pour plus d’information :

Fédération de Tir à l’arc du Québec