Navigation rapide

Les sports

Ski nautique

Origine et historique du ski nautique

Le ski nautique est un sport nautique consistant à se faire tracter par un bateau. Il existe également plusieurs variantes tel que le "barefoot" ou nu-pieds qui se pratique sans skis.

Le ski nautique fut expérimenté en France dès 1920 puis repris par l'Américain Ralph Samuelson en 1922, qui fait aujourd'hui office d'inventeur de cette activité. En 1925, Fred Waller dépose un brevet pour les premiers vrais skis nautiques appelés Dolphin Akwa-Skees. En 1940, Jack Andersen met au point le premier ski pour faire des figures. C’est un ski plus petit, plus large et qui n’a pas de dérive.

Les premiers skis étaient faits en bois. Depuis la fin des années 1970, la fibre de verre a fait son apparition, puis d'autres matériaux comme le carbone ou le graphite. Les skis de compétition actuels sont majoritairement réalisés en carbone, pour sa rigidité, longitudinale et en torsion, et sa légèreté. Les skis nautiques ressemblent aux skis alpins, mais ils sont plus larges. Les fixations, ici appelées chausses, sont en caoutchouc, de manière à permettre un déchaussage du pied en cas de chute. En slalom et surtout en figures, un nombre croissant de compétiteurs utilisent des chausses avant rigides, dites Skitechnic ou Skitec, composées d'une coque similaire à celles utilisées pour les rollers en ligne et d'un système de fixation issu du ski de randonnée permettant un déchaussage identique à celui du ski alpin en cas de chute violente. Les skis comportent également une dérive, éventuellement réglable, à leur extrémité arrière.

Les skieurs sont tirés par une corde attachée au bateau à une extrémité et avec une poignée, le palonnier, à l'autre. Ils sont tirés par le bateau, mais peuvent se déplacer latéralement en modifiant leur centre de gravité.

Il existe différents types de pratique du ski nautique :

Le bi-ski : Ce type de ski se pratique avec deux skis indépendants, et est généralement conseillé aux débutants pour sa facilité. La plus grande surface obtenue avec les 2 skis (en comparaison à celle d'un monoski), procure au skieur plus de portance et lui permet de sortir de l'eau plus facilement. Les jeunes débutants (dès l'âge de 4-5 ans) peuvent aussi s'initier à la pratique du ski nautique en utilisant une version adaptée des bi-skis, qui seront à l'occasion liés entre eux et lestés à l'arrière pour accroître la stabilité des skis sous l'eau. En bi-ski, la vitesse du bateau est adaptée au gabarit du skieur, et se situe généralement entre 15 km/h (très jeunes skieurs) et 40 km/h. Contrairement à une croyance répandue, la vitesse du bateau n'augmente pas forcement proportionnellement au niveau du skieur, mais ce dernier cherchera plutôt ici à se tourner vers d'autres disciplines, tel que le slalom ou les figures.

Le slalom : C’est l'une des 3 épreuves de ski classique, avec les figures et le saut. En slalom, le compétiteur skie sur un seul ski, dit "monoski" ou "monoslalom", et doit contourner par l'extérieur 6 bouées (3 de part et d'autre du bateau) pendant que le bateau suit une ligne droite au centre d'un chenal. La compétition commence à 34 km/h (37km/h pour la catégorie open) et progresse par palier de 3 km/h : 37, 40, 43, 46, 49, 52, 55 puis 58 km/h. Pour certaines catégories, notamment chez les femmes ou les cadets, la vitesse maximale est adaptée au gabarit du compétiteur et limitée à 55 km/h.

Après avoir effectué avec succès le passage à vitesse maximum, la corde est raccourcie par paliers successifs (raccourcissement souvent désigné en langue anglaise par "X off" où X correspond à la longueur de corde qui a été enlevée). Les bouées se situant toujours à la même distance du chenal dans lequel passe le bateau, il devient de plus en plus difficile pour le skieur d'atteindre ces bouées. À moins de 11,25m, la corde est plus courte que la distance du chenal aux bouées et le skieur se doit de compléter la distance à l'aide de son corps, en se couchant sur l'eau.

Le vainqueur de l'épreuve, à l'image du saut à la perche, est la personne qui a réussi à passer le plus de bouées avec la corde la plus petite en ayant complété toutes les autres longueurs et vitesses précédentes.

Les figures : les figures consistent à accumuler durant 2 parcours de 20 secondes le plus de points possibles, points étant attribués selon un barème lié à la difficulté de la figure réalisée.

Le figuriste utilise un (deux pour les débutants) ski plus large et plus court que les skis classiques, ayant la particularité de ne pas avoir de dérive. Les figures sont réalisées en "main-en-main", c'est-à-dire avec le palonnier dans les mains, ou "corde au pied", qui nécessite un palonnier adapté.

Cette discipline technique et spectaculaire a été longtemps dominée par le Français Patrice Martin. Le record du monde de figures est aujourd'hui détenu par un autre Français, Nicolas Le Forestier, et pour les femmes par l'Américaine Mandy Nightingale.

 

Pour plus d’information :

Fédération québécoise de ski nautique