Navigation rapide

TC MediaLes Nouvelles régionales
présentées par TC Media

Flux RSS pour des nouvelles à travers le Web:   RSS

Victoriaville 1981 - 17e Finale

27 décembre 2014

Photo: la Nouvelle union

 La Ville de Victoriaville a été l’hôte de la Finale des Jeux d’hiver de 1981 alors que les Jeux du Québec fêtaient leur 10e anniversaire de Finale provinciale. À la suite de cet événement qui a été couronné de succès, on a fabriqué une épinglette souvenir comme pièce de collection pour souligner les 10 ans des Finales.

 Avant le début de la Finale, le comité organisateur avait d’ailleurs vendu plusieurs épinglettes sur lesquelles on retrouvait la mascotte Jovic qui pratiquait différents sports. « C’était un moyen de financement très populaire. Les gens adoraient ça », souligne le directeur général, Roger Richard.

 Outre ces épinglettes, plusieurs activités de financement ont été organisées pour la population, mais les commanditaires locaux ont été la principale source de financement, si bien, que le comité organisateur a terminé avec un surplus. 

Un esprit sportif 

 Quelques semaines avant le lancement de la 17e Finale des Jeux du Québec, la Ville de Victoriaville ne vivait que pour ça. « Tout le monde disait que c’était leurs Jeux. La Finale de Victoriaville était la propriété des Victoriavillois et Victoriavilloises », indique M. Richard. Cette folie furieuse des Jeux a fait en sorte que 3700 personnes ont rapidement donné leurs noms pour être bénévoles lors de l’événement qui a rassemblé 3000 athlètes québécois. 

 « Et ça ne s’est pas arrêté là, poursuit M. Richard. Les bénévoles des Jeux du Québec ont par la suite été les leaders des sports à Victoriaville. Ils étaient des personnes engagées et ils ont permis à la ville d’évoluer dans plusieurs dossiers. » 

 La commission scolaire des Bois- Francs, le Cégep de Victoriaville et même l’hôpital ont librement accepté de libérer leurs employés. « C’est incroyable de voir comment la population a bien réagi à cette Finale. Ils ont compris la chance qu’on avait et aujourd’hui encore, on ressent cet esprit sportif dans la ville », déclare le président Robert Caron. 

 Pour ajouter à cet esprit sportif, une équipe de journalistes était chargée de produire quotidiennement la Goudrelle, un journal de quatre pages portant seulement sur les Jeux du Québec. Distribué dans tous les dortoirs, les sites de compétitions et plusieurs lieux publics, ce journal était un large portrait des compétitions de la veille et donnait les résultats. 

Un gros héritage 

 Les Victoriavillois profitent encore des infrastructures construites pour la présentation des Jeux du Québec dans leur ville. Ils bénéficient, entre autres, du Colisée Desjardins (appelé Colisée des Bois-Francs lors de sa construction) où s’étaient tenues plusieurs compétitions nécessitant une surface glacée, mais aussi les cérémonies d’ouverture et de clôture. 

 L’amphithéâtre de 3000 places est aujourd’hui le domicile des Tigres de Victoriaville, une équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), mais il reçoit aussi le tournoi provincial novice Desjardins de Victoriaville et plusieurs autres événements d’envergure tels que les assises annuelles de la LHJMQ en juin 2011. En 1981, il s’agissait d’un investissement de 4 millions de $.

Photo: la Nouvelle union

* Ce texte est tiré du cahier souvenir Célébrons les 40 ans des Jeux du Québec réalisé par Le Droit