Navigation rapide

TC MediaLes Nouvelles régionales
présentées par TC Media

Flux RSS pour des nouvelles à travers le Web:   RSS

Thetford-Mines 1980/2003 - 15e et 39e Finales

23 décembre 2014

 

 La Ville de Thetford Mines et la MRC de l’Amiante ont reçu la Finale des Jeux du Québec à deux reprises. D’abord à l’hiver 1980, puis à l’été 2003. Mais la deuxième fois n’a pas été plus facile que la première puisque lors des deux événements, mère Nature n’a pas aidé le comité organisateur.

La température et les imprévus

 Si le manque de neige avait été un problème lors de l’hiver 1980, l’abondance de pluie en avait été un autre lors de l’été 2003. « Il a mouillé cinq jours sur neuf. C’était incroyable », indique le président de la 39e Finale de la MRC de l’Amiante, Claude Gagnon. Malgré la température assez pitoyable dans les deux cas, la population était en rendez-vous, tout comme les athlètes et les 4000 bénévoles. Les deux événements sont caractérisés par une mobilisation majeure de la population. 

 « J’ai vu des gens refaire des terrains de baseball en deux heures seulement. Ils ont travaillé très fort pour amener du sable et râteler le tout. On avait même des parents qui pompaient l’eau du terrain de soccer pour le match de l’après-midi. Si on avait eu une canicule, on n’aurait jamais eu une aussi bonne mobilisation. Les gens nous en parlent encore », se souvient M. Gagnon. 

 Pour aider le tout, un feu avait ravagé une partie de l’aréna deux semaines avant la Finale de 1980. « Les employés municipaux ont reconstruit le tout et peinturé 24 heures sur 24 dans les jours avant le début, si bien que lors de la cérémonie d’ouverture, certaines personnes ont taché leur manteau avec de la peinture », raconte le directeur général Yvon Meilleur. 

Que du nouveau

 Dédiée aux 10 ans de la création des Jeux du Québec, la Finale de 1980 a été largement marquée par l’innovation. Le comité organisateur dirigé par M. Meilleur a tenté plusieurs nouveautés qui se sont avérées un grand succès. 

 Pour la première fois lors de cette Finale, les résultats étaient informatisés au fur et à mesure. « Ils nous ont quand même demandé de les comptabiliser à la mitaine parce que toutes les autres fois qu’ils avaient tenté quelque chose avec l’informatique, ça n’avait pas marché, mais chez nous, c’était parfait », se réjouit M. Meilleur. 

 La cérémonie d’ouverture avait aussi été marquée par une grande première dans le petit monde des Jeux du Québec. Tout le spectacle était en direct, rien n’était pré-enregistré. De plus, les 3000 athlètes avaient tous un petit coussin sur lequel ils pouvaient s’asseoir pendant la soirée. « On voulait vraiment bien traiter les enfants. Ils étaient mieux assis qu’à poiroter debout. C’était la même chose pour la nourriture. On empiffrait leurs assiettes pour que personne ne meure de faim. On avait des cafétérias sur tous les sites de compétition », ajoute M. Meilleur. 

 Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que la 15e Finale des Jeux du Québec présentée à Thetford-Mines a reçu la médaille d’or remise par la Société des Jeux du Québec lors de leur 10e anniversaire. La mascotte Jamik, un bâton de dynamite avec une boîte à lunch, avait aussi retenu l’attention. Le chroniqueur sportif Réjean Tremblay l’avait qualifié « de bibitte affreuse qui représente bien notre milieu », raconte M. Meilleur. Pour le 10e, toutes les mascottes des Finales précédentes étaient de la fête.

 

* Ce texte est tiré du cahier souvenir Célébrons les 40 ans des Jeux du Québec réalisé par Le Droit