Navigation rapide

TC MediaLes Nouvelles régionales
présentées par TC Media

Flux RSS pour des nouvelles à travers le Web:   RSS

Rouyn-Noranda 1973 - 4e Finale

4 décembre 2014

 Si vous croisez le journaliste et chroniqueur de La Presse Pierre Foglia, prenez quelques instants pour lui demander ce dont il se souvient de la Finale des Jeux du Québec à l’été 1973. Il vous répondra sûrement qu’il a quitté la ville après avoir installé le grabuge en écrivant un texte qui disait que « Rouyn-Noranda, c’est laid ».

 La venue de la  4e Finale des Jeux du Québec dans les ex-villes de Rouyn et Noranda a été le début d’une grande aventure pour refaire une beauté à ces villes. 

 « Rouyn-Noranda est une ville minière et ce n’était pas très esthétique comme paysage. Pendant ces années-là, la ville tentait de reprendre son souffle. Lorsque nous avons appris que nous étions la ville-hôtesse de 1973, nos citoyens étaient tellement fiers d’accueillir le Québec en entier qu’il y a eu une prise de conscience et on s’est mis à tout nettoyer et aménager », raconte le directeur général adjoint, Denis Charron. 

 Cet événement qui a fait découvrir l’Abitibi à des milliers de Québécois a marqué le début d’une nouvelle ère à Rouyn-Noranda parce que maintenant, plus personne n’oserait dire que c’est laid. Cette ville a d’ailleurs gagné à deux reprises le concours de la plus belle ville de fleurs de la province. 

Une organisation sans faille 

 Le comité organisateur a tout mis en place pour que ces Jeux soient un véritable succès et ce fut le cas. « La qualité de notre organisation a fait la différence », indique M. Charron. 

 La population était excitée de faire visiter son coin de pays à tout le monde. L’organisation débordait de bénévoles jusqu’au point où il y en avait trop. Plusieurs activités-bénéfices ont été organisées. La plus grosse et profitable a été une soirée cocktail à 500 $ du billet où l’ancien maire de la Ville de Montréal Jean Drapeau était le conférencier. Pas moins de 750 personnes ont assisté à cette soirée. 

 Les Jeux de Mouska, un orignal, ont aussi permis aux villes environnantes qui ont reçu des compétitions de rajeunir leurs installations sportives. Plusieurs écoles ont vu leur gymnase être rafraîchi et la piste d’athlétisme a été refaite au complet. Aujourd’hui, beaucoup moins utilisée, la Ville lui a donné une deuxième vie en rénovant l’intérieur de la piste pour en faire un terrain de soccer synthétique. 

 « Les Jeux du Québec ont donné une impulsion au mouvement sportif à Rouyn-Noranda. Par exemple, nous avons maintenant plusieurs nouveaux clubs de sports et ils ont leurs propres locaux, comme la gymnastique par exemple », explique M. Charron. 

 Le comité organisateur avait aussi mis en place une salle d’exposition qui par la suite est restée en place et ce fut la toute première salle d’exposition de Rouyn-Noranda. Le côté animation sociale avait aussi retenu l’attention. Des amuseurs publics se promenaient sur les sites de compétition pour divertir les spectateurs. 

 Tout est bien qui finit bien, la Finale de 1973 s’est soldée avec un minime déficit qui a été absorbé par les villes participantes en raison des nombreuses installations et améliorations qui avaient été faites pour les Jeux du Québec.

 

* Ce texte est tiré du cahier souvenir Célébrons les 40 ans des Jeux du Québec réalisé par Le Droit