Navigation rapide

TC MediaLes Nouvelles régionales
présentées par TC Media

Flux RSS pour des nouvelles à travers le Web:   RSS

Rivière-du-Loup 1971 - 1e Finale

23 novembre 2014

 

 C’est à la fin des années '60 que certains intervenants réclament la création d’une compétition québécoise qui deviendrait la «version provinciale» des Jeux du Canada. Le 13 août 1971, la ville de Rivière-du-Loup devient ainsi la première à accueillir la  Finale d’été des Jeux du Québec. 

 Le principe de ces Jeux est simple. La province est divisée en régions déterminées par les responsables des Jeux du Québec. Tout commence dans ces régions alors que des éliminatoires s'y déroulent chaque année. Les athlètes sélectionnés se rendront aux grandes Finales provinciales. Cette compétition s'avère un tremplin pour les jeunes désireux de poursuivre leur carrière sur la scène nationale ou internationale. La vocation de ces Jeux a d'ailleurs été modifiée depuis ses débuts. S'ils ont d'abord contribué au développement du sport lui-même, ils se veulent aujourd'hui un programme visant à développer l'athlète jusqu'à l'excellence.

 Comme c’est le cas lors des Jeux olympiques, une cérémonie d’ouverture, à laquelle assiste le premier ministre de l’époque Robert Bourassa, marque le début des compétitions. Un important déploiement est mis en œuvre afin de nourrir, héberger et transporter les 3 000 athlètes. Au total, 23 disciplines sont au programme dont l’athlétisme, le tennis la natation et le golf. Même si l’accent est principalement mis sur la participation, les vainqueurs sont, tout comme lors des Jeux olympiques, gratifiés de médailles d’or, d’argent et de bronze. 

Pierre Harvey, le... nageur 

 Cette première édition a permis à certains athlètes de faire leur marque sur la scène provinciale, avant de se distinguer sur le plan international. Parmi ceux-ci se retrouve Pierre Harvey. L’athlète natif de Rimouski a en effet participé à la première Finale, où il a enlevé une médaille de bronze au 100 mètres brasse. Il devait plus tard se distinguer en cyclisme et en ski de fond, des sports qui l'ont mené aux Jeux olympiques. Le classement général des régions administratives est quant à lui déterminé par un système de points. La région de Québec décroche les grands honneurs de cette première Finale, suivie par la région du Saguenay-Lac-Saint- Jean.  

La première édition couronnée de succès 

 La tenue de ce nouvel événement suscite beaucoup de réactions chez les médias. Plusieurs journalistes n’hésiteront pas à encenser le comité organisateur. «Pour une fois, le Québec a réussi là où les autres provinces canadiennes n'ont pas encore emboîté le pas d'une manière concrète. J'en suis revenu complètement ébahi. Ses structures, son organisation, son déroulement et son but convergent vers l'aboutissement prometteur d'une continuité progressive dont toute la population sportive du Québec en récolte les bienfaits», écrivait Claude Bédard du Journal de Québec. 

 Le journaliste de L’Action Québec, Richard Labbé expliquait déjà à l’époque que le rassemblement était voué à un bel avenir : «Au cours des dix dernières journées s'est déroulé l'événement de la plus grande envergure jamais présenté dans la province de Québec. Une franche réussite dont les répercussions vont permettre l'implantation vraisemblablement d'un nouveau visage pour le sport amateur». 

 La ville de Rivière-du-Loup n’a pas présenté la Finale des Jeux du Québec depuis. Elle avait toutefois offert sa candidature afin de tenir la 45e Finale. Celle-ci, comme on le sait, a été plutôt accordée à Gatineau. 

 

* Ce texte est tiré du cahier souvenir Célébrons les 40 ans des Jeux du Québec réalisé par Le Droit