Navigation rapide

TC MediaLes Nouvelles régionales
présentées par TC Media

Flux RSS pour des nouvelles à travers le Web:   RSS

Rimouski 1975/2001 - 7e et 36e Finales

9 décembre 2014

 

 Photo : Archives L'Avantage de Rimouski

 La Ville de Rimouski a reçu la Finale d’hiver des Jeux du Québec à deux reprises en 1975 et en 2001. L’accueil chaleureux des gens de cette région, leur mobilisation et leur implication ont fait des 7e et 36e Finales de très grands succès.

Subito presto 

 Le comité organisateur de la Finale de 1975 n’a pas eu le temps de chômer pour mettre en place cet événement qui a accueilli plus de 3000 athlètes et leurs familles. En juillet 1974, la Ville de Rimouski a été choisie comme ville-hôtesse et les Jeux se tenaient en mars de l’année suivante. La période de neuf mois a été des plus surchargées. 

 Malgré ce très court délai, tout s’est bien déroulé, à l’exception du financement qui a été plus difficile que pour les Finales précédentes. « Le maire nous avait tout de même dit de faire notre possible et que la Ville financerait le reste. Nous avons organisé des activités de financement et nous y sommes presque arrivés», raconte Jean-Claude Dumais qui était le responsable des équipements sportifs. 

 Les bénévoles et les entreprises ont répondu à l’appel du comité organisateur en donnant de leur temps et en libérant les employés municipaux et ceux du Cégep. Les écoles secondaires de la ville ont accueilli les 3500 athlètes et le Colisée de Rimouski a servi pour plusieurs compétitions. 

 Comme si tout allait trop bien, une mésaventure devait se produire avant la fin des Jeux. Une heure du matin, le téléphone sonne chez M. Dumais pour lui apprendre que le toit du deuxième aréna coule en raison du temps doux. « On a tout réparé, personne ne l’a su et tout s’est passé comme prévu », souligne-t-il. 

 La Finale de 1975 a battu des records d’assistance en enregistrant plus de 6000 personnes qui ont assisté à la démonstration de saut de baril. Un athlète du nom de Jolin avait alors sauté 15 barils. 

Les Harvey : de père en fils

 La Finale de 2001 présentée à Rimouski s’est si bien déroulée que le comité organisateur a terminé avec un surplus de 250 000 $ dans les coffres. De ce montant, 50 000 $ ont été investis dans plusieurs organismes de la région alors que la différence a servi à créer le fonds d’aide Pierre-Harvey qui donne, annuellement, des subventions aux meilleurs espoirs sportifs et aux programmes arts-sports-études. 

 C’est d’ailleurs à cette Finale que le fils de Pierre Harvey, Alex, a participé à sa première grande compétition dans la ville où son père et sa mère ont grandi.

 À 12 ans, Alex Harvey représentait la région de Québec en ski de fond, tout comme sa sœur Sophie, qui elle n’avait que 10 ans.  

 « C’est la première fois que nous allons vivre les Jeux du Québec, avait dit Alex dans une entrevue au journal L’Avantage de Rimouski. C’est super le fun que ça se passe à Rimouski. J’espère qu’on va s’amuser. »

 Le jeune Alex ne semblait pas se mettre trop de pression : « J'aimerais un jour devenir aussi bon que mon père. Mais, pour le moment, c'est important que je m'amuse », avait-il déclaré au journal Le Soleil. 

 Alex avait finalement terminé au 6e rang et il avait vu sa sœur remporter la médaille de bronze. 

 C’est sept ans plus tard, en 2008, qu’Alex Harvey a récolté le fruit de ses efforts en montant sur la deuxième marche du podium aux Coupes du monde de Whistler et de Trondheim. L’année 2011 aura été son année charnière alors qu’il a été couronné champion du monde des moins de 23 ans à Otepää et champion du monde en sprint par équipe à Oslo avec son coéquiper Devon Kershaw, en plus de gagner la médaille d’argent à la Coupe du monde de Drammen.  

 Le rêve d’Alex Harvey à la Finale des Jeux du Québec de 2001 se sera donc réalisé, lui qui est aujourd’hui reconnu comme un des meilleurs fondeurs canadiens.  

 

* Ce texte est en partie tiré du cahier souvenir Célébrons les 40 ans des Jeux du Québec réalisé par Le Droit