Navigation rapide

TC MediaLes Nouvelles régionales
présentées par TC Media

Flux RSS pour des nouvelles à travers le Web:   RSS

Personnalités des Jeux - Alain Choquette

22 décembre 2014

 Magicien très réputé au Québec, Alain Choquette n’a pas fait apparaître ses trois médailles des Jeux du Québec. Comme des milliers de jeunes athlètes font chaque année, il a participé à la Finale de Joliette en 1978.

 Rares sont ceux qui le font, mais Alain Choquette concourait dans deux disciplines : le tennis et l’athlétisme. « Ce sont des sports différents, mais ça se ressemble en même temps parce que je faisais le sprint en athlétisme et au tennis, c’est plusieurs petits sprints. Je suis un petit vite », rigole le magicien. Mais il n’était pas seulement vite, il excellait. Il est un triple médaillé en une seule Finale des Jeux du Québec. Il a remporté une médaille d’or et d’argent en athlétisme et une de bronze en tennis. 

Passion pour le sport 

 Natif de Ste-Adèle, Alain Choquette a grandi dans ce petit village où la jeunesse était basée sur la pratique de différents sports. Que ce soit le tennis, l’athlétisme, le soccer ou le volleyball, il savait jouer à tout et il était bon. 

 Étant un sportif né, il a eu la chance de sortir du village à quelques reprises pour participer à des compétitions. Aux Jeux du Québec, il représentait les Laurentides, mais il était le seul de Ste-Adèle. 

 « J’étais un adolescent très solitaire. Je portais quand même le manteau et mon fanion, mais je voulais plus gagner pour moi-même que pour les Laurentides », avoue-t-il. En avouant cela, il semble très individualiste, mais en hiver, il faisait partie d’une équipe de hockey et en été, c’était le baseball. L’esprit d’équipe, il connaissait ça. 

Un beau défi pour tous 

 Fier de dire qu’il a participé aux Jeux du Québec au moins une fois dans sa vie et qu’il est même un triple médaillé, Alain Choquette percevait cette Finale comme ses Jeux olympiques. À ses yeux, c’est une nécessité pour que les jeunes se surpassent.

 « C’est tellement important que la société crée des rêves et des défis chez les jeunes athlètes en organisant des événements comme ça. Tu t’entraînes, tu donnes ton maximum et tu réussis à te surpasser. Ça crée de belles fiertés. » 

 « Mais il n’y a pas que les athlètes dans un rassemblement de cette envergure. C’est aussi un défi à relever pour ceux qui l’organisent. Ils se fixent aussi des objectifs à atteindre. C’est tellement un beau projet », termine-t-il.

 

* Ce texte est tiré du cahier souvenir Célébrons les 40 ans des Jeux du Québec réalisé par Le Droit