Navigation rapide

TC MediaLes Nouvelles régionales
présentées par TC Media

Flux RSS pour des nouvelles à travers le Web:   RSS

MRC de Portneuf 2003 - 38e Finale

8 février 2015

 La Finale des Jeux du Québec à l’hiver 2003 a été un événement unique pour les citoyens de la MRC de Portneuf. C’était la première fois, et seule jusqu'à ce jour, que cette région du Québec recevait un rassemblement d’une telle envergure.

 Le territoire de la MRC de Portneuf est grand comme environ six fois la Ville de Montréal. La 38e Finale des Jeux du Québec a été surnommée les Jeux de la distance puisque plus de deux heures d’autobus étaient nécessaires pour faire le tour de tous les sites de compétition qui étaient dispersés dans 18 municipalités.

 « Nous avons dépensé près de trois fois plus d’argent dans le transport que toutes les autres Finales. Par contre, notre système de transport a très bien fonctionné », souligne le directeur général de la Finale de la MRC de Portneuf Luc Toupin.

Pompiers volontaires 

 Une grande partie du succès de cette Finale est attribuée aux pompiers volontaires de chaque municipalité qui ont été bénévoles pendant toute la durée des Jeux de l’hiver 2003. 

 « Les pompiers volontaires ont fait un travail extraordinaire. Ils étaient partout en même temps et s’assuraient du bon fonctionnement de tout », raconte M. Toupin. 

 L’accueil des gens de la région avait été des meilleurs envers les touristes. Plus de 3000 bénévoles étaient sur les sites chaque jour pour s’occuper des athlètes et des visiteurs. « On ressentait vraiment un esprit familial. Les bénévoles amenaient des couvertures, de la nourriture et des gâteaux aux athlètes. C’était de beaux Jeux où l’hospitalité a été une belle caractéristique. »

Les Jeux de Neijeux 

 Quelques jours avant le début de la Finale, la neige n’abondait pas dans la MRC de Portneuf. Il y en avait juste assez. Est-ce que le nom de la mascotte Neijeux a eu un peu d’influence sur les comportements de mère nature?

 « Nous avons eu peur, mais nous n’en avons pas manqué, avoue M. Toupin. En février, nous avons eu quelques tempêtes et une en plein pendant la Finale. »Chaque village avait sa particularité et le village entier de Saint-Basile était le fameux village des athlètes. Une première pour les Jeux du Québec.

 

* Ce texte est tiré du cahier souvenir Célébrons les 40 ans des Jeux du Québec réalisé par Le Droit