Navigation rapide

TC MediaLes Nouvelles régionales
présentées par TC Media

Flux RSS pour des nouvelles à travers le Web:   RSS

Laval 1991 - 27e Finale

15 janvier 2015

 

 Après une édition invitation, la Ville de Laval a accueilli officiellement une seule fois la Finale des Jeux du Québec et ce, curieusement, sans même avoir déposé sa candidature. C’est parce qu’elle était appelée en renfort que Laval a obtenu l’honneur de présenter cette 27e Finale des Jeux. Un an avant la présentation de l’événement, soit au mois d’août 1990, la Ville de Sherbrooke est contrainte de se désister. Devant une telle situation, la direction de SPORTSQUÉBEC n’a d’autre choix que de trouver un «plan B». 

 La Ville de Laval ayant antérieurement manifesté un intérêt et disposant des ressources requises, elle reçoit un appel du président de SPORTSQUÉBEC , Jean-Yves Perron afin de connaître leur intérêt à tenir cette édition estivale.

 C’est sans surprise que cette dernière accepte de relever le défi et de se lancer dans cette aventure qu’est l’organisation de la Finale d’été des Jeux du Québec. 

Un défi de taille

 Le principal défi du nouveau comité organisateur était de taille. Il devait, en un an, s’assurer de respecter les délais. C’est à ce titre que la compagnie informatique IBM lui a remis 15 ordinateurs, ce qui, en 1990, n’était pas banal. Les bénévoles ont également mis l’épaule à la roue. Jean-Pierre Tessier, qui était à l’époque chef de mission, s’en rappelle, non sans un petit sourire en coin. «Curieusement, ce qui a décidé les Lavallois de s’impliquer dans cette galère, c’est qu’ils n’ont pas eu suffisamment de temps pour y penser. Ils ont littéralement sauté dans le train»

Que les Jeux commencent!

 Le vendredi 2 août 1991, s’ouvre donc cette 27e Finale des Jeux du Québec au Centre de la Nature de Laval, sous le thème de la famille. C’est devant les athlètes, entraîneurs, arbitres et bénévoles que l’auteur-compositeur-interprète Gregory Charles animera la cérémonie d’ouverture. 

 Pour la première et la dernière fois des Jeux, ce n’est pas une mais bien cinq mascottes qui représentent cet événement. Baptisées la famille «Vital», les cinq mascottes qui en font partie se nomment Protéine, Adrénaline, Vitamine A, Vitamine B et Vitamine C. Elles ont animé les Jeux durant les deux semaines d’activités. La flamme des Jeux est allumée par la famille Racine, fort impliquée au niveau du Club de plongeon Envol de Laval.

 Comme la Ville de Laval est le résultat de la fusion de 14 municipalités, le comité organisateur a tenu à séparer les sites de compétitions afin que la majorité des secteurs puisse recevoir des disciplines. Cinq écoles ont donc été monopolisées afin d’héberger les délégations. Plusieurs autobus ont également assuré le transport entre les divers sites de compétition. Pour symboliser cet «éparpillement» volontaire, plusieurs vasques ont été allumées afin de propager l’esprit des Jeux.

 La Finale des Jeux du Québec d’été de 1991 aura permis à la Ville de Laval de rayonner sur le plan sportif à la grandeur du Québec. La piste d’athlétisme de Vanier, aménagée au coût de 1 million $, et le réaménagement du Centre Sportif Josée Faucher permettent encore à ce jour aux Lavallois de profiter d’aménagements sportifs. 

 

* Ce texte est tiré du cahier souvenir Célébrons les 40 ans des Jeux du Québec réalisé par Le Droit