Navigation rapide

TC MediaLes Nouvelles régionales
présentées par TC Media

Flux RSS pour des nouvelles à travers le Web:   RSS

Joliette 1978 - 13e Finale

19 décembre 2014

 Organisée dans un temps record, la Finale des Jeux du Québec de l’été 1978 présentée à Joliette a beaucoup fait jaser par le choix de mascotte, mais cette 13e Finale a aussi marqué la fin des essais culturels aux Jeux du Québec. 

 La Ville de Joliette a appris que les Jeux du Québec se tiendraient chez elle moins d’un an avant la cérémonie d’ouverture officielle. Les vrais préparatifs ont débuté au mois d’avril seulement. En un temps record, 1700 personnes ont couru donner leur nom pour être bénévoles. Les organisateurs sont très fiers de ce qu’ils ont réussi à faire. « C’était une très belle Finale. Nous n’avons manqué de rien. Nous avions un bon groupe de bénévoles et compte tenu du court délai, c’était excellent », indique Michelle Gendron.

French Frog

 Les Jeux de 1978 en ont fait réagir plusieurs en dévoilant leur choix de mascotte : une grenouille. Tout de suite les gens ont pensé à la fameuse expression populaire traitant les francophones de French Frog alors que de son côté, le comité organisateur n’y avait même pas songé une minute. 

« Nous avons d’abord répondu aux gens qui critiquaient notre choix d’attendre de voir comment serait notre mascotte une fois animée. Finalement, elle était très populaire sur les sites de compétition », raconte Mme Gendron. 

 Le toutou amphibien faisait plutôt référence aux nombreux lacs, étangs et cours d’eau dans la région de Joliette. En plus d’être extravagant dans le choix de la mascotte, le comité organisateur avait choisi un emblème pour identifier cette 13e Finale des Jeux du Québec. L’as de cœur représentait que tout le monde est ensemble pendant la période des Jeux. Le Comité a eu raison de maintenir ses choix car des milliers d’épinglettes à leur effigie ont été vendues pour financer l’événement. 

La fin d’une époque

 L’été 1978 a été la dernière Finale de la phase expérimentale du volet culturel. Pour marquer la fin d’une époque, c’était le « top des expériences ». En plus du volet de compétitions sportives, les organisateurs de Joliette ont dû recevoir et encadrer des jeunes de chaque région qui ont participé à des compétitions culturelles dans différentes formes d’art. 

 « Cette expérience visait à faire des Jeux du Québec la plus grande fête socio-sportive-culturelle des jeunes du Québec », précise Mme Gendron. Après coup, les responsables ont tranché : les Jeux du Québec sont devenus une manifestation sportive à laquelle se greffent des activités culturelles d’accompagnement. 

 Même si ce genre de nouveauté a attiré des milliers de personnes de plus aux festivités estivales, les organisateurs avaient prévu le coup et tout a roulé comme sur des roulettes. Autre fait marquant : le président de l’événement, le père Jean Livernoche, aujourd’hui décédé, a été et demeure le seul membre du clergé ayant assumé la présidence d’une Finale des Jeux du Québec; très actif auprès des jeunes, ce leader émanait de la maison mère des Clercs St-Viateur située à Joliette.