Navigation rapide

TC MediaLes Nouvelles régionales
présentées par TC Media

Flux RSS pour des nouvelles à travers le Web:   RSS

Gaspé 1993 - 29e Finale

20 janvier 2015

 

 Quand la Ville de Gaspé a accueilli la 29e Finale des Jeux du Québec d’été, en 1993, elle n’avait qu’une idée en tête : montrer sa belle municipalité au Québec entier, en plus de faire vivre une expérience inoubliable aux quelque 4000 jeunes présents pour l’occasion. Dans les deux cas, elle semble avoir atteint son but.

 Selon le responsable des communications des Jeux de 1993, Benoît Tapp, Gaspé avait beaucoup de pression sur les épaules avant d’accueillir cette grande fête du sport. « On voulait faire oublier la venue des Grands voiliers en 1984, qui ne s’était pas déroulée exactement comme prévu, mentionne M. Tapp, aujourd’hui animateur des sports et du plein air à Gaspé. Nous voulions, cette fois, montrer à quel point nous étions bons et comment notre ville pouvait être belle. »

 Pour ce faire, le comité organisateur de l’événement – sous la direction de Ghislain Côté – a dû avoir recours à une équipe de 5000 bénévoles. Une somme énorme lorsqu’on sait que Gaspé regroupait, à l’époque, 17 000 habitants. Aussi bien dire qu’une personne sur trois s’est impliquée! « On savait que, pour la plupart des jeunes présents, il s’agissait de leur première visite dans notre coin de pays. On voulait donc en prendre soin et leur montrer nos plus beaux atouts. D’ailleurs, ils ont adoré voir le soleil se coucher sur la mer. Il faut dire que Gaspé est une ville magnifique, surtout l’été! Encore plus quand il fait beau, comme ça a été le cas durant la quinzaine des Jeux », ajoute Benoît Tapp.

 Ville maritime oblige, c’est un sport nautique qui a retenu l’attention lors de Gaspé 1993. « Étonnamment, les gens ont particulièrement adoré le ski nautique, qui se déroulait dans la baie, précise M. Tapp. Les gens étaient tout près des sauteurs, à 15 ou 20 pieds d’eux. C’était spectaculaire! La cérémonie d’ouverture a également été très courue. »

 Gaspé a donc su profiter au maximum de la marque de confiance de SPORTSQUÉBEC, qui lui avait refusé ses demandes précédentes en raison d’un manque d’infrastructures. Désavantage auquel a remédié la ville avant d’ouvrir ses portes aux jeunes. « On a investi pour améliorer nos terrains de baseball et de soccer, entre autres. Et à la fin des Jeux, on a néanmoins terminé avec des retombées de plus de trois millions de dollars, dont une piste d’athlétisme de quelque 700 000$. Le jeu en valait donc la chandelle », estime M. Tapp.

 En terminant, celui-ci lance un message aux « petites » villes comme Gaspé qui seraient tentées d’accueillir les Jeux éventuellement. « Celles qui se retiennent ne devraient pas. Les Jeux, ça demande du travail, oui, mais ils constituent un projet social incroyable et magnifique. Sans compter que SPORTSQUÉBEC offre un soutien incommensurable à la ville hôtesse », conclut-il.

 

* Ce texte est tiré du cahier souvenir Célébrons les 40 ans des Jeux du Québec réalisé par Le Droit